Hypocrisie quand tu nous tiens #TBCS5E1

“Toute vérité n’est pas bonne à dire”. Ma mère me répétait souvent cette phrase, connaissant mon pire qualité et je l’ai aussi bien apprise à mes dépens. En effet, combien d’amis n’ai-je pas perdus en passant outre ce dicton ? En parlant trop vite ? De combien de groupes ne m’a-t-on pas virés pour avoir dit tout haut ce que je ne pensais pas qu’ils cachaient ? Ce n’est pas que je manque de tact, non. Au contraire, je sais très bien peser mes mots mais je déteste qu’on me prenne pour une imbécile et il arrive que de temps à autres ma trop grande franchise me joue de sales tours. Et, très souvent je ne réalise mes bêtises qu’après coup. J’ai fini par comprendre qu’être sincère n’apporte pas que des bienfaits.

Dorénavant, je préfère me taire –pas toujours- et m’ériger en observatrice si je n’ai pas quelque chose de particulier à dire ou si je ne suis pas sûre de pouvoir être complètement moi-même. Oui, je fais semblant. Mais je préfère faire semblant en ne disant rien qu’en disant faux. Pourtant, cela n’empêche nullement que je me retrouve parfois dans des situations où il me faut dire exactement le contraire de ce que je pense pour ne pas tout gâcher. Soit pour ne pas briser une amitié, soit pour ne pas attirer l’attention-la foudre- sur moi, soit pour faire plaisir à quelqu’un ou tout simplement pour ne pas perdre une opportunité. Ces situations, on les a tous connues et c’est à croire que l’hypocrisie est une nécessité. Une seconde nature qu’on laisse plus ou moins prendre le dessus.

En hypocrisie, nous sommes tous des victimes

Pour certains, jouer la carte de l’hypocrisie n’a rien d’extraordinaire. C’est leur litanie quotidienne. Ils n’ont aucunement besoin de jouer un rôle, ça sort tout seul. Et ils savent très bien quoi faire pour avoir l’air complètement sincère. C’est le genre de personnes qui vous souhaitent le bonjour tout sourire et vous demandent avec un semblant d’empathie comment vous allez. Mais, qui, du moment où vous commencez à dire ce qu’il en est, perdent leur beau sourire et vous lancent impatiemment un Je-vois-mais-je-dois-y-aller qui vous fige. Et, la société a fini par nous faire comprendre qu’à ce genre de questions, il est préférable de donner des réponses toutes faites pour ne pas embêter les gens et surtout pour rester poli. Ce qu’on a effectivement adopté comme un comportement naturel. À en déduire qu’être poli c’est être hypocrite et que l’hypocrisie est naturelle.

(c)Flickr

Pour d’autres, par contre, c’est un combat perpétuel. Ils doivent constamment changer de visage et surtout veiller à ne pas se perdre. La plupart ne se rendent même pas compte qu’ils sont entrain de lutter, C’est le genre de personnes qui sont prêts à tout pour faire parti d’un groupe. Prêts à se rabaisser jusque sous terre pour pouvoir rentrer dans un moule, pour pouvoir être perçu comme les autres, quitte à se détruire. Et le soir, seuls, en proie avec leur conscience, ils inondent leurs oreillers mais n’ont quand même pas la force d’ôter leur masque le lendemain matin. Et si par malheur, tout ne passe pas comme ils l’auraient voulu, ils seront prêts à se suicider.

C’est aussi le genre de personnes qui, pour une raison ou pour une autre changent de discours sur un même sujet que de chemises sur un même corps. Ils sont toujours là à épier la réaction des autres pour pouvoir mieux adapter leur discours. Il y a aussi ceux là qui, rongés pas l’envie et la jalousie se donnent le devoir infaillible de toujours faire bonne figure. Mais au fond, ils éclatent de rage et nourrissent des envies meurtrières. Ou encore ceux qui s’inventent une vie pour ne pas attirer l’attention sur leur réalité.

Peu importe la situation, il est clair que ce sont tous des victimes de l’hypocrisie, des victimes de la société. Une société qui les engloutit et les oblige à être faible. Car, oui, l’hypocrisie est une faiblesse. Une faiblesse de caractère. Certes, parfois c’est nécessaire, j’en conviens. Mais n’empêche que cela traduit une certaine fébrilité, un manque d’estime, une peur, ou encore un manque de scrupule. Et si on regarde d’un peu plus près on verra bien qu’on est tous des hypocrites. Des hypocrites assumés, des faibles.

Hypocrisie partage du monde. (c)Flickr

L’hypocrisie, un réflexe naturel

En fait, l’hypocrisie n’est pas un fait nouveau. Ce n’est pas un courant ni une tendance non plus. C’est un phénomène humain, Un réflexe naturel. Les gens sont constamment entrain de faire semblant. Soit pour se défendre, se protéger ou s’adapter. Ce qui est tout à fait normal. Ce qui nous pousse aussi à comprendre que l’hypocrisie n’est pas totalement si mauvaise que ça. Que cette quête de protection, ce souci d’adaptation ne sont que des moyens qu’on emploie pour pouvoir se faire une petite place dans la jungle sociétale et de s’y sentir bien. Du moment qu’on ne perde pas totalement son authenticité, sa vraie nature et qu’on n’entraine pas la perte d’un prochain sur son passage. Remarquez que je ne suis pas du tout entrain de faire une plaidoirie pour l’hypocrisie, non. Je veux juste vous faire constater qu’il y a toujours du bon dans le mauvais, tout comme il peut y avoir du mauvais dans le bon.

Tout de même, sans hypocrisie, aimeriez vous vraiment vivre dans un monde ou l’on vous dirait toujours et partout vos quatre vérités ? Sans vous laisser un peu d’illusions ? Sans vous permettre de rêver un tout petit peu ? J’en doute fort. Même moi, qui éprouve une aversion non dissimulée pour tout ce qui touche de près ou de loin à l’hypocrisie, j’aime bien me faire de petites illusions-de grandes aussi- et continuer à croire en des rêves totalement impossibles. Comme ressembler à Elsa, la reine des neiges. Hypocrisie ou pas, je continue d’y croire.

*Ce texte est écrit dans le cadre de la cinquième saison du The Blog Contest. Pendant six mois, six challengers auront à produire un texte tous les mois sur des sujets imposés par des lecteurs. Ce premier épisode est sur le thème de l’hypocrisie sociale. Retrouvez les textes des autres challengers sur les liens suivants 🙂

Fafa Ianjiatiana

Alain Guy Etoundi

Laetitia Lae Loe

Jay Dee Ibock

Elijah D’Arcy

Bonne lecture 😉

10 Commentaires

  1. Je suis complètement d’accord avec ton constat. Tout le monde est un peu hypocrite sur les bords. Mais je pense que c’est nous qui choisissons d’en faire un masque ou pas. D’en dépendre ou pas. De s’en défaire ou non. Beau texte de rappel de ce que nous sommes et que nous devrions sans doute abandonner…

    1. Oui, Exactement. C’est à nous de decider à quelle dose on abuse de cette hypocrisie mais je ne pense pas qu’on puisse l’abandonner. Ce serait renoncer à la paix sociale comme dit Fafa dans son texte…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *