Moi présidente

Hillary Clinton, Ex candiadate à la présidence des USA. (c)Pixabay

Oui, vous avez bien lu : “présidente”. Personnellement, c’est un poste auquel je n’ai jamais aspiré, rassurez-vous. Même dans les plus petits groupuscules. Ce serait trop de stress pour ma petite personne et en plus je suis un peu trop sévère, dit-on. Avec moi ce serait la dictature absolue. Bon, ce n’est pas complètement vrai mais je préfère le laisser croire. C’est mieux ainsi. Bref. Mais, on dirait que pour cette saison, The Blog Contest a décidé, mine de rien, de faire de moi une présidente. Bizarre, non ?

Au premier abord, le thème « Moi, président » ne m’a pas du tout plu. Pas du tout. Et ma première réaction fut : «  Seigneur, qu’est ce que je vais bien pouvoir écrire sur un sujet pareil ? ». Mais d’un coup, l’image du président de la république d’Haïti me vient à l’esprit et je sus immédiatement au moins une chose que je ne ferai pas, moi présidente : c’est de crier à tout bout de champ que « Je suis le président de tous les haïtiens.»

Non mais, vraiment ! Comment pourrait-il en être autrement monsieur le président ? Et pour ton information, on le sait très bien puisque c’est la majorité des haïtiens qui vous avait élu et cette majorité, si vous l’ignoriez, est issue de toutes les couches sociales et elle a voté pour vous parce qu’elle croit en vous. À toujours faire ce rappel, vous donnez l’impression que vous n’y croyez pas vous-même et que vous essayez de vous le prouver et de vous en assurer. Alors, laissez-moi vous dire que si vous voulez vraiment le croire et le faire croire, laissez tout simplement vos actes faire le travail à votre place. Ce serait beaucoup plus crédible. Mais heureusement, on n’est pas là pour parler de vous monsieur, le président mais plutôt de moi, présidente.

Alors, moi présidente, que ferais-je ?

Moi présidente, je ferais en sorte que les petites filles arrêtent de dire que quand elles seront grandes, elles auront un salaire d’homme. Qu’elles finissent par croire qu’elles auront un salaire à la hauteur de leurs compétences professionnelles, indépendamment de leur sexe et surtout qu’elles ne devront pas faire un travail inavouable en plus pour le mériter.

Je ferais en sorte que chaque établissement scolaire ait un programme d’éducation sexuelle afin d’éviter au mieux les grossesses précoces et aussi pour cesser de faire du sexe un sujet tabou, dégradant et sale. Car l’ignorance est le plus dangereux de tous les maux.

Je ferais en sorte que mon peuple soit protégé et ne se sente pas en danger sur son propre territoire jusqu’à le fuir. Sans aucun repère, sans aucune orientation afin d’éviter de perdre nos têtes les mieux faites au profit de pays étrangers.

Je ferais en sorte que cette île redevienne la perle des Antilles, par tous les moyens et en prenant tout le temps qu’il aurait fallu pour ça. Je ferais un état fort économiquement, politiquement et militairement.

Voilà ! Oui je sais, ce sont de beaux discours, mais que vous voulez-vous ? Je suis une présidente et je fais de belles promesses. C’est toujours ainsi, parait-il. Mais en attendant, pas besoin d’être présidente pour mettre la main à la pâte et espérer un lendemain meilleur. Je suis simple citoyenne, je suis motivée et j’aspire à ce lendemain.

 

16 Commentaires

  1. « Mais en attendant, pas besoin d’être présidente pour mettre la main à la pate et espérer un lendemain meilleur. » Merci pour le message presie. Bel article

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *