Le libertinage, ma seconde nature

J’ai rencontré Xavier lors d’une petite fête chez des amis et le même soir on a baisé comme si on avait attendu cela toute la vie. Cela fait maintenant une année qu’on se connait. On n’était peut-être pas amoureux fous, mais on était les meilleurs amants du monde. Et cette entente nous comblait tous les deux. Du moins c’est ce que je croyais. Mais le fait est qu’au lit on était deux bombes et qu’on était la synchronisation même. C’était tellement parfait ce que nous vivions. Où est ce qu’on s’est planté ? Depuis plus d’un an que ça dure, tout allait si bien. On était en totale fusion. Pourquoi a-t-il voulu la revoir alors ? l’a-t-elle marqué à ce point ? Pourquoi ne m’en a-t-il pas parlé ? On se disait absolument tout mais ça, il a jugé bon de me le cacher. Pourquoi ?

On s’était juré de tout essayer en matière de sexe et c’est ce qu’on a fait. On faisait l’amour tous les jours et toutes les nuits avec de nouveaux trucs à essayer à chaque fois et on gardait ceux qui nous plaisaient le plus. On prenait du plaisir en tout. Rien ne nous rebutait. La sodomie. L’échangisme. Tout nous excitait et on tenait à réaliser nos plus infimes fantasmes. Pour nous, le plaisir sexuel était sacré. On ne s’ennuyait jamais dès qu’on était ensemble peu importe l’endroit où on se retrouvait. Les toilettes de son bureau, le garage ou la table de la cuisine, tout nous convenait. Baiser, c’était notre seconde vie.

On était affalé dans le canapé le soir où on a pris la décision de faire un plan à trois. Ma main droite sur ses boules et la sienne entre mes grandes lèvres, on se disait ce qu’on aimerait avoir comme troisième partenaire et ce qu’on aimerait qu’elle nous fasse tout en évitant de créer un quelconque scénario afin d’être le plus spontané que possible. On avait décidé que ce serait une fille de notre âge et de notre acabit.

Au bout d’à peu près deux mois de recherche, on a mis la main sur la perle rare. Elle était exactement comme nous le voulions. Parfaitement à notre goût. Et notre weekend dans la cabane fut un weekend d’expérimentations sexuelles incessantes. On était saouls à force de s’envoyer en l’air et on n’a plus voulu s’arrêter. Notre but a été atteint et on n’en était que plus heureux. On n’a surtout pas hésité à recommencer chaque fois qu’on en avait envie de le faire avec la même fille et quelque fois celle-ci venait avec son partenaire pour mon plus grand plaisir.

Notre vie était limpide et on se la coulait douce, mais tout allait basculer lorsque, rentrée dans ce restaurant par pur hasard, je les ai trouvés tous les deux entrain de jacasser et de se toucher sans aucune gêne. J’étais pétrifiée. Depuis combien de temps se voyaient-ils ainsi ? Où a-t-il pu trouver le courage de me trahir? J’étais anéantie mais il fallait me ressaisir et surtout ne pas faire de scandale. De toute façon, on n’a jamais pris le temps de définir ce qu’il y avait exactement entre nous. Il se sentait peut-être libre de faire ce qu’il veut dans la vie alors il n’y a aucune raison de se ridiculiser en faisant une scène. Peut-être qu’il attend le bon moment pour m’en parler, pour me dire ce qu’il en est, pourquoi il la voit dans mon dos. C’était très dur à supporter mais il fallait garder la tête haute et faire celle qui ne sait rien du tout.

Le temps passa. Un jour. Trois jours. Une semaine. Je réfléchissais toujours à ce que je devais faire car malgré tout je ne voulais pas le perdre. Je ne pourrais jamais trouver quelqu’un qui me comprend aussi bien que lui ou, pour parler franchement, qui me baiserait aussi bien que lui. Je ne pouvais pas me permettre de perdre tout ça. Mais il fallait agir, et vite.

Alors j’ai décidé de lui en parler un soir où j’étais particulièrement chaude afin de trouver plus facilement les mots mielleux qui l’amèneront à se confier. Il s’est laissé prendre au jeu et ce que je prévoyais comme une mise en scène calculée s’est plutôt avéré une partie de plaisir mouvementé et c’est après qu’il m’ait bien réchauffé le petit cul que je lui lance tout de go que j’ai envie d’un quatrième personnage à temps plein dans nos parties à trois et cette fois-ci, un homme.

Il m’a longuement regardé et j’ai alors su qu’il a compris. Entre nous les mots sont superflus. Heureusement. Et c’est ensemble, comme deux enfants excités à l’idée d’une fête qu’on a planifié notre prochaine partouze pour dénicher notre nouveau jouet.

18 Commentaires

          1. En tout cas depuis un certain moment (très précis), tu déments beaucoup de choses…hummmmm….
            Ce que tu ne faisais pas forcément avant hein 😀 😀 😛 😛
            Hihihihihi

  1. Très bien écrit et très. … osé! Vous donnez l’impression de raconter une histoire au lieu de traiter un sujet imposé! Bravo!!!!
    Un lecteur averti comprend très bien votre définition du libertinage et l’axe que vous avez choisi de développer.
    J’aime en tout cas!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *