Tu aurais voulu savoir

Tu étais folle de lui. Littéralement folle. Ta vie ne se résumait qu’à cet homme qui te faisait tourner la tête et tout ce qui n’était pas lui, n’était pas toi. Tu pensais à lui jour et nuit, nuit et jour. Un vrai conte de fée, te disais-tu, et ce serait méchant de gâcher ton bonheur mais tu aurais quand même voulu savoir.

Lui, il était là. Il souriait et jouait le jeu. Il incarnait parfaitement le prince charmant. Pas du tout amoureux, tu le sentais, mais il n’y avait pas plus gentil et plus respectueux que lui. Il était toujours là et exécutait tes moindres désirs. Il avait beaucoup d’affection pour toi mais, lui, il n’a pas pu te dire, il n’en avait pas le courage.

Cela faisait tellement longtemps que tu rêvais du grand amour et maintenant que tu as cru l’avoir trouvé, qui oserait te dire que tu t’étais trompée ? Tu as passé toute ton adolescence à attendre ce prince qui finalement, n’a débarqué que dans ta 23ème année, alors pour toi c’était le vrai, le grand Amour et personne n’aurait pu t’en dissuader. On a peut-être tenté de te mettre en garde mais tu étais tellement occupée à savourer ton bonheur que tu n’as jamais pu intercepter ses regards de désolation et de tristesse.

La vérité, tu l’as apprise comme ça, par hasard. Tout à fait par hasard. Vous vous étiez rencontrés à un concert, un jeudi soir. Vous aviez en commun la passion de la musique et vous aimiez en discuter. Ce soir-là, vous avez passé plus de deux heures à en parler et dès lors, vous n’alliez plus jamais à un spectacle de musique l’un sans l’autre. Votre amitié a bien sur laissé le cadre des concerts, vous vous voyiez dès que vous en aviez l’occasion et vous vous êtes mis à écrire votre histoire d’amour sans laisser à personne le privilège de s’immiscer dans votre vie.

Ton grand amour, tu venais de mettre la main dessus et point barre. Tu n’avais encore rien soupçonné jusqu’au jour où durant l’une de vos séances habituelles de selfies, tu es tombée sur des photos de son Smartphone. Tu aurais dû lui rendre tout de suite le portable mais tu n’as pas pu et tu es restée là à fixer l’écran sans trop savoir quoi faire.

Tu venais de faire une grosse découverte, tes mains tremblaient, ta gorge était nouée et ton cœur cognait très fort dans ta poitrine mais tu devais te contrôler et maîtriser tes réactions pour qu’il ne panique pas et que la situation ne t’échappe.

Il n’a rien fait pour t’enlever le téléphone des mains et lorsque tu as levé la tête, tu n’avais nullement besoin qu’il te confirme quoi que ce soit, son regard te disait déjà tout. Vous vous étiez compris au-delà des mots alors, tu as laissé tomber l’appareil et tes larmes ont coulées. Larmes de surprise, de déception et de colère. Il t’a prise dans ses bras, te serrait et pleurait avec toi. Il ne savait pas trop comment te consoler et s’était mis à te raconter pourquoi il avait dû te cacher la vérité, pourquoi il ne pouvait pas s’affirmer car il n’était pas le genre de personne à braver la société et ses tabous. Une société si hostile envers tous ceux qui ne suivent pas son courant. Tu as compris tout d’un coup, que pendant tout ce temps tu as été trompée, trahie et tu n’as plus voulu l’écouter, encore moins lui parler et tu t’en es allée.

Il a fini par partir. Il a tout laissé tomber d’un jour à l’autre. C’en était trop pour lui. Pour toi aussi. Tu étais inconsolable. Tu étais sur le point de rendre tes tripes, tant tu pleurais. Il a fallu te surveiller de près pour éviter que tu te fasses du mal. Tu passais ton temps à te demander pourquoi il ne t’avait pas dit la vérité dès le début, pourquoi il ne t’a pas fait confiance et a préféré te trahir et comment, toi, si perspicace d’habitude, n’avais jamais rien pu soupçonner. C’était des questions auxquelles tu ne trouvais pas de réponse et maintenant, tu sais… Tu n’as plus besoin qu’on te le dise. Tu continues ton chemin mais ta vie n’est plus la même.

À propos de l'auteur

Andeve

Femme je suis. J’écris pour dire la vie. J’écris pour dire le monde. Vus d'en bas. Appelez-moi Andeve !

Archives par auteur

4 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *