Parler de sexe, un défi pour les femmes

Parler ouvertement de sexe dans un environnement comme le mien, c’est quasiment se faire passer pour quelqu’un de pas très net. Ce n’est pas que les gens soient si pudiques ou très moraux, c’est juste que pour une fille bien, ça fait tache d’encre. Une fille bien ne doit pas se montrer très portée sur la chose. Pourtant moi, j’aime le sexe et j’en parle et je n’en reste pas moins une fille bien.

L’acte sexuel en soi, ce n’est pas ce qui m’intrigue le plus. Ce sont les sensations, les émotions, les gestes, les paroles, les menus détails qu’il entraine avec lui. Avoir le corps consumé de désir et regarder des doigts s’y promener procure un bien fou.

Un corps nu tout en sueur, une bouche entrouverte qui émet des cris rauques, un lit qui grince, un regard brulant, des reins qui vont et viennent, des voix qui chuchotent, un souffle chaud dans le cou… On aime prendre conscience de tout ça et jouir.

Certains sont ravis d’avoir découvert ce plaisir assez tôt et d’en profiter pleinement. Ce que d’autres adorent par-dessus tout, c’est cette sensation qu’est le désir, ce désir qui transcende, qui transforme et qui fait frissonner, ce désir qui brule le corps tout entier, des cheveux aux orteils, ce désir violent et impétueux.

En parler ouvertement, sans hypocrisie et ne choquer personne est un vrai défi, surtout pour les femmes. Les hommes, par contre en parlent beaucoup et plus facilement car la société juge plus sévèrement une femme qui en parle. Oui, notre société est sexiste et c’est encore très difficile d’être une femme sur cette ile(Haïti) en ce 21ème siècle.

À propos de l'auteur

Andeve

Femme je suis. J’écris pour dire la vie. J’écris pour dire le monde. Vus d'en bas. Appelez-moi Andeve !

Archives par auteur

4 Commentaires

  1. En effet les haïtiens comme les africains d’ailleurs n’ont pas -encore?- une civilisation de baiser et dire.

    Mais comme toi je pense qu’il faut DÉDRAMATISER le sexe et ce qu’il y a autour. Dommage que ton billet soit si court,on aurait aimé que tu développes un peu plus.

    Dès que possible, je mettrai un lien vers ton blog. Big up à toi, je retourne me coucher, il est 04H45.

    1. En effet William. Il faut pouvoir dire du sexe ce qu’il est et ce qu’il n’est pas librement et simplement.
      Merci. Big up à toi aussi.

  2. Ces genres de billets que l’on consomme avec un appétit de gourmand. Dommage qu’il soit si court.

    Je n’ai point l’intention de faire l’apologie d’une forme de libertinage sexuel, interdit par certaines morales. Cependant, je pense que nous sommes à un carrefour où les sociétés dites conservatrices doivent commencer par briser la glace. Il faut donc cesser cette dramatisation du plaisir de la chair. On n’en a marre de cette prohibition au désir corporel, qui empêche à l’homme d’atteindre ce sommet de l’épanouissement émotionnel que procure tout bon rapport sexuel.Que vive la sexualité responsable.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *